Vous êtes ici :   Accueil » Rebobinage du stator d’un moteur asynchrone 5/5

Faire un don pour aider aux frais de fonctionnement

Rebobinage du stator d’un moteur asynchrone 5/5

Le raccordement est à "l'ancienne" :

Des œillets sertis et soudés, (avantages : pas de talon de cosse qui gène tout autour de la plaque à bornes, pas d'oxydation de contact du à un mauvais sertissage)
 
Les 6 fils  à œillets
Les 6 fils  à œillets
Les 6 fils  raccordés
Les 6 fils  raccordés
Le couplage
Le couplage

Le moteur d'origine était en 220/380, pour des raisons de standardisation personnelle, le moteur a été rebobiné en 380/660 et de ce fait le couplage pour du 380 est en triangle.
Le bobineur procède au remontage mécanique du moteur et change les roulements s'il y a lieu.
Le dernier travail du bobineur est de mettre le moteur au banc d'essai.

L'essai du moteur
L'essai du moteur
Tableau d'essais
Tableau d'essais

Pour ce faire il est d'abord branché sur le secteur via contacteur, ampèremètres, l'intensité de chaque phase est contrôlée, enfin un dernier test d'isolement (le plus important), le stator est soumis à une tension de 2500V continu.

Le moteur ainsi vérifié est "bon pour le service" et peut être livré à son propriétaire.

Les questions, suggestions et autre débat peuvent se concrétiser au forum "L'électricité dans l'industrie : Machines tournantes" du présent site.

Ce reportage est réalisé par "Labobine", rédacteur et modérateur du site Volta-Électricité.


 

Condensé de l'article sous forme de Diaporama : Le rebobinage d'un petit moteur

Voir aussi :
Mots-clés associés

Date de création : 19/11/2008 21:11
Dernière modification : 06/10/2009 18:05
Catégorie : - Les moteurs
Page lue 36443 fois

Réactions à cet article

Réaction n°5 

par geoffrion le 31/01/2015 22:06

C'est rare de trouver dans un site a la fois une technicité et un telle qualité pédagogique, je vous remercie de m'avoir fait découvrir ce magnifique métier,
je comprend maintenant pourquoi mes moteurs cramés ne revenaient pas tout de suite.


Réaction n°4 

par Amarok le 17/02/2009 10:44

Bravo et félicitations pour ce reportage sur un métier qui tant a disparaître au profit du made in china (ou autre).

Travaillant dans la maintance industrielle sur un site chimique, je suis souvent confronté a ce genre de problème (moteur grillé). Mais les moteurs en questions sont des moteurs de la catégorie Ex et de ce fait d'un cout surfait! Alors les bobineurs me sauvent souvent la mise!

Encore bravo et merci!


Réaction n°3 

par METRIX le 08/02/2009 18:36

FELICITATION GERARD POUR CE REPORTAGE

AMICALEMENT         CHRISTIAN


Réaction n°2 

par Vapomill le 22/11/2008 19:26
Félicitations Gérard!
Tout à fait passionnant ton reportage.
Tu réponds simplement et clairement à toutes les questions que je me posais à propos de ce merveilleux travail du bobineur.
J'attends avec impatience la suite!
Un grand merci pour ce travail que tu as fourni, tant pour répondre à notre curiosité, que pour ce savoir faire ne se perde pas à l'époque où le "jetable" fait encore sa loi (pour combien de temps encore?).
Encore B.R.A.V.O!!!!
Amicalement, Bertrand.

Réaction n°1 

par cram64600 le 20/11/2008 12:23
Bonjour à tous,

Gérard je renouvelle de sincères compliments d'abord pour le reportage photographique (je sais il faudrait écrire tuto). Qui explique pas à pas ce merveilleux métier avec ses difficultés par toutes les températures de l'atelier, et le temps à passer sur un moteur.

Bravo, continues je serai un fidèle lecteur.

Marc..