Vous êtes ici :   Accueil » Rebobinage du stator d’un moteur asynchrone 4/5

Faire un don pour aider aux frais de fonctionnement

Ce site vous a plu, vous pouvez participer aux frais de fonctionnement en faisant un don, même 0,50 € seront appréciés, d'avance merci.

Les frais sont de plusieurs centaines d'Euros par an pour l'hébergement et noms de domaine, merci d'avance aux généreux donateurs.

Rebobinage du stator d’un moteur asynchrone 4/5

Les connexions sont effectuées suivant le schéma d'origine ou selon recalcul du bobineur (si c'est une transformation) de manière à retrouver 3entrées (1 couleur) et 3 sorties (une autre couleur) de fils à la plaque à bornes soit 6 fils pour un couplage étoile/triangle standard.

Connexions en l'air
Connexions en l'air

Il chapeaute ensuite chaque connexion avec une gaine appropriée.
 
Connexions gainées
Connexions gainées

Afin de rendre solidaire enroulements, isolants entre/phase et connexions le bobineur commence à "tricoter "avec un ruban de frettage (ou ficelle méplate) tout le tour du chignon.

Passage ficelle méplat
Passage ficelle méplat

La ficelle est ensuite resserrée et bloque tout l'ensemble.

Serrage, frettage
Serrage, frettage

Il ne reste plus qu'à s'occuper du chignon opposé de la même façon et le rebobinage proprement dit du moteur est terminé.

Rebobinage terminé
Rebobinage terminé.

Le moteur tel qu'il est peut-être remonté et essayé mais si le bobineur est d'expérience, il passe à l'étape suivante qui est l'imprégnation. L'imprégnation au verni diélectrique suivi d'un étuvage (pour polymérisation) sert à la rigidité de l'ensemble carcasse/bobinage. L'imprégnation peut se faire par trempage ou par arrosage et c'est cette dernière qui est le plus employée car elle permets de ne pas "salir" extérieurement le moteur car le stator fait souvent bloc avec la carcasse à ailettes. L'idéal c'est le trempage sous vide, mais c'est une technique réservée à la grande série.
Le stator est placé sur un support au-dessus de la cuve à vernir qui permet de le tourner dessus-dessous sans  salir les gants de verni.

Le stator sur la cuve à vernir
Le stator sur la cuve à vernir.
Le bobinage "dégueule" de verni
Le bobinage "dégueule" de verni.

Après 1h ou 2 à l'égouttage, le stator est placé dans une étuve, 2h de préchauffage pour monter en température afin de ne pas brûler le verni, ensuite 2h à 150° (pour ce stator). On peut monter aussi à 180° pour certains.

Le stator dans l'étuve
Le stator dans l'étuve

Une fois refroidi, le stator est débarrassé par grattage du verni solidifié superflu, notamment à l'intérieur du stator et aux parties usinées sur lesquelles les flasques s'ajustent.
Le bobineur doit procéder au raccordement des fils de sortie à la plaque à bornes.

Les 6 fils à raccorder
Les 6 fils à raccorder
 
 

 

Date de création : 18/11/2008 18:11
Dernière modification : 20/11/2008 12:45
Catégorie : Données du Site - Les moteurs
Page lue 18226 fois

Nouveautés du site

(depuis 30 jours)
Calendrier
Articles
Options de menu
Nouvelles