Vous êtes ici :   Accueil » Les points chauds

Faire un don pour aider aux frais de fonctionnement

Les points chauds

Les points chauds ne sont donc pas physiquement détectés aux connexions, alors que c’est pourtant le premier emplacement constaté des départs de feux.

Rien ne choque personne ?
  • 3 - Les connexions ont presque "vocation" à générer dans le temps des points chauds isolés :
En effet le transfert du courant à travers des contacts pose très souvent dans le temps le problème d'une résistance et donc du fameux effet Joule. 

Les connexions sont de très bonne qualité, mais dès qu'elles sont mises en œuvre elles opposent naturellement une résistance globale RG au passage du courant qui peut s’écrire comme la somme de plusieurs petites résistances interdépendantes les unes entre les autres, par exemple  :

RG     =     r1, la résistance des matériaux utilisés pour la connexion,
..........+     r2  la résistance due au resserrement des lignes de courant,
..........+     r3  la résistance liée à la formation d ’oxydes
..........+     r4  la résistance liée à la force du maintien des contacts, etc…

Or de nombreux facteurs sollicitent dans le temps les connexions :

Les rares courts-circuits, les efforts électromagnétiques, les vibrations, les hautes fréquences, les surtensions, les manœuvres réseau, l’oxydation naturelle du cuivre (les conducteurs en cuivre ne sont mis à nus qu’au niveau des connexions, et l'oxydation est un facteur très important : La formation d ’oxydes augmente considérablement la résistance, donc l’effet Joule et en retour la température favorise la formation d ’oxydes...).

La résistivité électrique des matériaux augmente sensiblement avec la température. Nous avons vu que l’effet Joule et lié à la nature du circuit (sa composition, cuivre, aluminium ou autre), de la "quantité" de courant qui le traverse en un temps donné, et de sa section. Mais pour être complet il faut aussi parler de sa température :

Deux conducteurs identiques n’opposeront pas la même résistance au passage du courant en fonction de leurs températures respectives :

Plus la température d’un conducteur augmente, plus sa résistance au passage du courant augmente aussi.
Et donc l’effet joule qui va avec.

Ainsi pour ce qui nous intéresse, une augmentation de la température va augmenter la résistance globale, donc encore plus de température de l'ensemble... Ce qui va encore augmenter la résistance globale, l’effet Joule et la température...

Ainsi si par malheur il se produit une augmentation, au départ d’une seule des résistances r1 ou r2 ou r3 ou r4, cela va faire augmenter par "effet domino" toutes les autres, et à passage de courant égal, le phénomène va s’auto-amplifier de manière exponentielle, le point chaud augmentera de plus en plus vite et de plus en plus violemment. Et dans le temps, pour les raisons qui précèdent,  tout concours à ce qu’une de ces résistance r1,r2,r3 ou r4 finisse par augmenter, justement…
  • 4 - Les connexions sont idéalement implantées pour créer des atmosphères insidieuses propices aux amorces des incendies.
Les points de connexion sont disséminés dans les plus intimes recoins des bâtiments (dans les doublages, greniers, derrière les prises de courant, les tableaux de protection des lignes, les disjoncteurs EDF, etc...) et ces emplacement peuvent constituer des facteurs aggravant, puisque cachés des occupants et permettant au feu de couver et donc de se déclarer ensuite plus violemment.

De plus ces connexions sont par nécessité isolées dans des endroits confinés. L'énergie de l’échauffement se concentre dans ces endroits et se transmet aux poussières, aux matériaux voisins créant insidieusement l'atmosphère propice à l’amorce d’incendie avec à terme de grandes chances de mise à feu :
  • Les isolants PVC des conducteurs que les connexions raccordent, dégageraient des gaz inflammables  dès 100°C / 212°F environ.  (Cracking des isolants), et ces gaz diffusent dans les boites, gaines, etc...
  • Selon nos renseignements, les températures d’auto-inflammabilité de ces isolants PVC seraient relativement basses : Avec flamme 330-340-380° C / 626-644-716° F  Sans flamme 350-420-430° C / 662-788-806° F

Il y a ainsi tous les ingrédients qui expliquent d'une manière logique ce qui ne peut qu’arriver :

L’échauffement seul, un seul arc*, une étincelle,  permettra d’amorcer le feu qui pourra se propager d’autant plus violemment que l'atmosphère propice à l'incendie sera installée :

* D’où l’intérêt d’intervenir avant les phénomènes d’arcs.

Aucune protection n'a été capable de détecter le défaut . Le courant a continué d'alimenter l'échauffement jusqu'à la dégénérescence de l’ensemble et la mise à feu probable.

Les électriciens sont désarmés, c’est imparable.

C’est l’explication logique de la cause principale des feux d'origine électrique et de leur récurrence. Les points chauds accidentels aux connexions, et non pas les arcs ou les courts-circuits. 


II - Ces incendies pourraient être prévenus depuis des années en surveillant simplement la température des connexions.

Il existe le principe simple d’une protection économique depuis l’année 2000 qui serait capable de prévenir ces sinistres en quasi-totalité si elle était employée. « l’association de défense des victimes des  incendies d’origine électrique  -  Pour que cela s’arrête » informe le public et les professionnels sur la cause réelle des incendies d’origine électrique, et présente aujourd’hui en partie le principe de cette protection. Cette association accueille tous les professionnels de l’électricité de tous niveaux, toutes les victimes qui veulent faire avancer les choses et contribuer à prévenir ces feux et sauver des vies :

©  http://advide-efva.com/

Réagissez à cet article en bas cette page.

ou

Réagissez sur le blog advide-efva.com

Article rédigé CHC - GKM, merci de votre attention.


Retour
 

Date de création : 21/09/2009 21:21
Dernière modification : 23/09/2009 13:01
Catégorie : - L'électricité
Page lue 52428 fois