Vous êtes ici :   Accueil » Présentation de l'analyse

Faire un don pour aider aux frais de fonctionnement

Présentation de l'analyse

LA THERMOGRAPHIE INFRAROUGE

La thermographie sert à mettre en évidence, par l’intermédiaire d’une caméra thermographique infra rouge, tout échauffement anormal lié au mauvais serrage, au mauvais sertissage de cosse, au sous-dimensionnement, à l’oxydation des contacts ou au déséquilibre de phase.
 

Les avantages et les inconvénients

Ses avantages sont multiples :
  • Anticiper et prévenir la coupure ou l’arrêt intempestif.
  • Cibler les problèmes de façon à mieux organiser le travail du service maintenance et donc de gagner en temps et en efficacité.
  • Elle se fait sous tension et donc, évite les pertes de production (avec les conséquences financières que tout le monde connaît) dut à l’arrêt des installations.
  • Eviter un incendie d’origine électrique.

Elle a aussi un inconvénient majeur :
  • Le temps passé pour faire le tour de tous les appareils électriques a analyser.
  • Le prix de la caméra thermographique.

Le matériel et les caractéristiques

Une caméra doit être étalonnée régulièrement conformément à la norme : AFNOR A09400 et suivantes. La certification ISO 9001 V2000 a également une place importante dans l’analyse thermographique. N’oublions pas non plus l’UTE 18510 régissant les habilitations électriques pour les accès aux armoires électriques.
 
Caméra thermique

 
Comme on le voit ci dessous, on a pris deux points de mesure. Le premier où il est apparent qu’il y a un défaut que l’on arrive à déterminer grâce à la couleur rouge et l’autre sur un point ou il n’y a pas de problèmes. On prend alors la température à ces deux points et l’on compare. On voit une température de 45°c en entrée de phase sur le contacteur et 39,4°c en sortie, c’est donc qu’il y a un problème de serrage du fil ou de sertissage de la cosse. N’ayant pas de précisions là-dessus, on changera la cosse et par obligation physique, desserrerons et resserrons une fois la cosse changée.

analyse01

analyse02

 

Cet article est proposé par "Max78" rédacteur de Volta-Electricité, il est présenté dans cet article uniquement le début, vous pouvez télécharger l'article en entier ICI


Date de création : 03/04/2008 22:27
Dernière modification : 28/08/2009 13:36
Catégorie : Données du Site - L'analyse thermographique
Page lue 45867 fois

Réactions à cet article

Réaction n°2 

par irtech le 28/08/2009 09:10

Bonjour,

Nous pouvons également préciser que pour réaliser ce type de mission, un certificat d'aptitude du thermographe est demandé par les compagnies d'assurance dommages (APSAD). Ce certificat est délivré par le CNPP (centre national de prévention et de protection). Il apporte au donneur d'ordre la garantie du respect du cahier des charges D19 définit par ces mêmes compagnies d'assurance. Cette reconnaissance de compétence va permettre à l'opérateur en thermographie infrarouge de délivrer le compte rendu Q19 (anciennement la déclaration Q19) attestant du respect du D19 et qui résume le rapport de visite.

 

Par ailleurs, les caméras infrarouge doivent répondre à des exigences techniques minimales. Toutes les caméras, notamment celles "d'entrée de gamme" ne répondent pas à ces exigences !

Pour plus d'information, visitez notre site internet :

http://www.irtech-environnement.fr/

Vous y trouverez une section dédiée au contrôle des installations électriques par thermographie infrarouge et au Q19.

P. Burtschy


Réaction n°1 

par sboussion le 03/11/2008 09:26
On peut également ajouter que le contrôle d'installation électriques par thermographie infrarouge dispense des campagnes de resserrage systématique.
En ce qui concerne les inconvénients cités dans l'article, le temps passé à contrôler les armoires et nettement inférieur au temps de resserrage et le prix des caméras n'est pas un problème dans la mesure ou l'on fait appel à des prestataires spécialisés!