Habilitations pour personnel effectuant des mesures en TBT

Pourquoi et qui peut faire quoi !
Avatar du membre
nonolost
Expert
Expert
Messages : 227
Enregistré le : sam. 17 oct. 2009 15:32
Contact :

Habilitations pour personnel effectuant des mesures en TBT

Message par nonolost » mar. 18 mars 2014 21:24

Bonjour,

Quelle serait selon vous l'habilitation à proposer à une personne qui effectue des mesures et essais électriques dans un emplacement dédié aux essais spécifiques (style laboratoire, paillasses etc ...) à l'aide d'alimentations stabilisées dont la tension ne dépasse pas 30V cc sous quelques mA.
Habiliter ce type de personne BE Essais (ou même BE mesures) me parait un peu trop luxueux voire inutile, étant donné l'absence de risque électrique au niveau de l'appareil et au niveau de l'environnement.
Est-ce que B0 pourrait convenir au minimum, sachant que les personnes sont quand même formées à utiliser ce type d'équipement ?

Question à 100 balles :-)

Merci,
Cordialement,
Nonolost
http://www.la-toile-electrique.com

GAS
Modérateur & Admin
Modérateur & Admin
Messages : 2096
Enregistré le : mar. 25 mars 2008 10:45
Localisation : Roussillon

Re: Habilitations pour personnel effectuant des mesures en T

Message par GAS » mer. 19 mars 2014 10:07

Bonjour,
De mon point de vue, on pourrait considérer que l'usage d'une alimentation stabilisée de laboratoire doit être assimilé à celui d'un récepteur lambda, car elles sont généralement raccordées sur un socle de Pct. On rencontre très souvent ce type d'appareil dans les labos ou ateliers des établissements d'enseignement et à ma connaissance les questions d'habilitations les concernant ne se sont jamais posées. ;-)
Cordialement
GAS

Avatar du membre
Henri II
Assidu
Assidu
Messages : 89
Enregistré le : dim. 3 mars 2013 11:53

Re: Habilitations pour personnel effectuant des mesures en T

Message par Henri II » jeu. 20 mars 2014 14:25

Hello !

Mes rebonds :
- Il n'y a pas de derrogation pour la TBT / dispositions du code du travail (et donc NF C18-510) en matière d'habilitation électrique (ex : § 5.2 de NF).
- A une valeur de 30V la TBT est considérée dangereuse qu'elle soit F, P ou même S (4.1.2.5 de NF).
- L'habilitation B0 (tâches non électriques dans un environnement à risques électriques) n'est pas pertinente pour le cas de Nonolost (tâches électriques).
- Pour moi l'habilitation cible pertinente c'est "Chargé d'essais, symbole BE essais".
- Un salarié travaillant sur une paillasse d'électro-nique ou -technique, n'a rien à voir avec un éléve ou un salarié en TP de formation avant son habilitation.

Pour la petite histoire j'ai déjà eu à faire l'analyse d'une électrisation / dépannage d'une carte électronique TBT (< 12 V) prise à pleine main... dont l"alim avait souffert... et dont on retrouvait justement le 230V sur la partie TBT... Bye.
Modifié en dernier par Henri II le ven. 21 mars 2014 17:57, modifié 1 fois.

Avatar du membre
nonolost
Expert
Expert
Messages : 227
Enregistré le : sam. 17 oct. 2009 15:32
Contact :

Re: Habilitations pour personnel effectuant des mesures en T

Message par nonolost » jeu. 20 mars 2014 22:01

Bonsoir,

Merci pour vos réponses mais entendons-nous bien:

Ces personnes exercent des activités de mesurages et des expérimentations sur des matériaux: Ils utilisent principalement des alimentations stabilisées à découpage ou linéaires qui fournissent une tension et un courant précis. En l'occurrence, la tension de 30V continue devient dangereuse par contact direct dans des conditions spécifiques (environnement mouillé par exemple). En quoi est-ce dangereux de toucher 30V continus dans des conditions sèches ?

Le décret 2010-1016 relatif aux obligations de l'employeur intègre un article dans le code du travail: "Les locaux ou emplacements où la présence de parties actives accessibles dangereuses résulte d'une nécessité technique inhérente aux principes mêmes de fonctionnement des matériels ou installations sont également considérés comme présentant des risques particuliers de choc électrique" (article 4226-10)
Il fait référence également à l'arrêté du 16 décembre 2011 relatif aux dispositions particulières applicables à certains laboratoires ou plate-formes d'essais. En gros, il concerne les laboratoires et plates-formes d'essais dans lesquels il n'est pas possible, pour des raisons inhérentes aux principes mêmes de fonctionnement des matériels et installations, de réaliser une protection contre les risques de contact direct conforme aux exigences de l'article R. 4215-3 du code du travail. Hors, dans mon cas, une protection contre les contacts directs (armoires et coffrets électriques) est réalisée en permanence.

Les personnes effectuant des mesures ou des injections de courant lors de diverses applications utilisent principalement du matériel branché sur prise de courant (alimentations, multimètres de précision, calibrateurs etc...) et les valeurs de tensions mises en jeu sont aussi dangereuses qu'une pile ... dans les valeurs les plus hautes, on peut monter à 30V, en effet.

Habiliter du personnel de ce type en tant que BE Essais me parait complétement absurde puisque ce dernier n'effectue pas d'essais au voisinage de la BT, ni dans le cadre de travaux ou interventions et n'essaie pas d'installation afin de voir si cette dernière répond aux spécifications auxquelles elle doit être soumise.

Après, le débat est ouvert et je peux allègrement faire fausse route ... c'était mon avis ! 8-)
Cordialement,
Nonolost
http://www.la-toile-electrique.com

GAS
Modérateur & Admin
Modérateur & Admin
Messages : 2096
Enregistré le : mar. 25 mars 2008 10:45
Localisation : Roussillon

Re: Habilitations pour personnel effectuant des mesures en T

Message par GAS » ven. 21 mars 2014 10:52

Bonjour,
nonolost,
Qu'elle est la classe d'isolation électrique de ces boîtiers d'alimentation? [thinking]
Cordialement
GAS

Avatar du membre
Henri II
Assidu
Assidu
Messages : 89
Enregistré le : dim. 3 mars 2013 11:53

Re: Habilitations pour personnel effectuant des mesures en T

Message par Henri II » ven. 21 mars 2014 15:32

Hello !

Mes nouveaux rebonds / ton nouveau message Nonolost :

- Tu demandes des avis sur l'application des dispositions réglementaires relatives à l'habilitation électrique. Je te donne le mien en le justifiant / référentiel pertinent à appliquer. Désolé s'il contrarie ton propre avis, mais il fine tu fais comme comme tu veux (perso je ne cautionnerai pas ton point de vue initial).

- Tu considères que des essais et mesurages de tensions de 30V sur tes paillasses ne sont pas dangereux dans les conditions que tu connais. Bien que je ne connaisse pas la réalité de ta situation de travail, je t'ai au moins déjà confirmé qu'une TBT de 30V est considérée dangereuse par la norme de référence, que cette TBT soit F, P ou même S (voir extrait 4.1.2.5 de NF en fin de message). C'est cette norme de référence réglementaire qu'une "autorité" (sans compétence particulière en élec) utilisera le cas échéant pour "apprécier" tes choix d'habilitation.

- Suite à l'exposé initial de ton cas d'emplacement de travail à risque particulier de choc électrique et l'évocation de certains articles du code du travail encadrant ce type d'emplacement (d'où justement l'habilitation électrique du personnel concerné) tu dis maintenant que "dans ton cas, une protection contre les contacts directs (armoires et coffrets électriques) est réalisée en permanence"... Alors je ne comprends plus ! Sur ta paillasse d'essais est-il possible aux salariés considérés dect avec des parties actives nues (c'est alors un emplacement de travail" à risque élec) ou pas (c'est mon cas en ce moment en tant que simple utilisateur d'équipement électric IP2X...) ?

- Vers la fin de ton message tu sembles ne considérer que la BT équipant la paillasse, mais je redis que la TBT (le coeur des manip élec à nu sur ta paillasse selon tes premières infos) est également soumise aux dispositions d'habilitation électrique du code du travail et de NF C18-510.

Gas, la question n'est pas tant de savoir la classe des boîtiers d'alimentation (il serait injustifiable donc inadmissible qu'ils ne soient pas conformes, mais que ce soit des alims bricolées et ayant les tripes à l'air !) que de connaitre quels sont les "objets" en essai avec des parties actives nues justement du fait qu'on les essayent et constituant donc le coeur des opérations d'ordre électrique justifiant l'emplacement de travail à risques électriques et induisant l'habilitation du personnel...

Bye.

NF C18-510, point 4.1.2.5, Risques liés à la Très Basse Tension :
Les ouvrages ou installation en Très Basse Tension (TBT), ne sont pas exempts de risque électrique. Dans le présent document, la Très Basse Tension (TBT) est assimilée à la Basse Tension (BT) avec les particularités suivantes :
• le risque de court-circuit est pris en compte dans tous les cas ;
• le risque de choc électrique est pris en compte dans les cas suivants :
ο en Très Basse Tension Fonctionnelle (TBTF), quelle que soit la tension ;
ο en Très Basse Tension de Protection (TBTP), lorsque la tension est supérieure à 12 V en courant alternatif ou supérieure à 30 V en courant continu ;
ο en Très Basse Tension de Sécurité (TBTS), lorsque la tension est supérieure à 25 V en courant alternatif ou supérieure à 60 V en courant continu.

Max78
Modérateur & Admin
Modérateur & Admin
Messages : 2312
Enregistré le : mer. 19 mars 2008 00:36
Localisation : Île de France

Habilitations pour personnel effectuant des mesures en TBT

Message par Max78 » ven. 21 mars 2014 23:48

Bonjour,

Dans le premier message de nonolost je lis ne dépasse pas 30v cc et dans l'extrait de la norme que vous fournissez henri je lis "supérieur à 30 vcc" ..
Par conséquent, sommes nous bien dans le bon paragraphe de la norme ...?

Cordialement,
Max
"L'ignorance entraine la dépendance, c'est pourquoi ma banquière adore la culture .." Max78

Avatar du membre
nonolost
Expert
Expert
Messages : 227
Enregistré le : sam. 17 oct. 2009 15:32
Contact :

Re: Habilitations pour personnel effectuant des mesures en T

Message par nonolost » sam. 22 mars 2014 08:52

Bonjour,
Henri II a écrit :
- Tu demandes des avis sur l'application des dispositions réglementaires relatives à l'habilitation électrique. Je te donne le mien en le justifiant / référentiel pertinent à appliquer. Désolé s'il contrarie ton propre avis, mais il fine tu fais comme comme tu veux (perso je ne cautionnerai pas ton point de vue initial)[/i]
Oui, le référentiel (la NF C18-510), je le connais et je sais ce qu'il faut appliquer, merci. Etant formateur également en plus de mes activités d'inspecteur.
Il y a des zones parfois obscures (dans toute norme) et je viens sur le forum pour échanger et prendre connaissance d'avis constructifs.
Henri II a écrit : - Tu considères que des essais et mesurages de tensions de 30V sur tes paillasses ne sont pas dangereux dans les conditions que tu connais. Bien que je ne connaisse pas la réalité de ta situation de travail, je t'ai au moins déjà confirmé qu'une TBT de 30V est considérée dangereuse par la norme de référence, que cette TBT soit F, P ou même S (voir extrait 4.1.2.5 de NF en fin de message). C'est cette norme de référence réglementaire qu'une "autorité" (sans compétence particulière en élec) utilisera le cas échéant pour "apprécier" tes choix d'habilitation.[/i]
Encore une fois, je ne viendrais pas débattre s'il suffisait d'ouvrir une norme et de l'appliquer bêtement. Il faut aussi savoir replacer les choses dans leur contexte. Pourquoi la TBTS, TBTP, ou TBTF ? Ces sources servent à limiter la tension dans des conditions spécifiques là où une tension du domaine BT serait dangereuse - Sinon à quoi bon les utiliser ?

Peut-être, à mon tour, ai-je manqué de détail dans la description de l'activité des opérateurs concernés. Ils effectuent principalement des mesures de tension (à l'aide de multimètres de précision) sur des capteurs. Les valeurs relevées excèdent rarement quelques volts.
Ensuite, ils peuvent réaliser des actions physico-chimiques sur certains matériaux (dépôt électrolytique par exemple) grâce aux tensions et courant délivrés par des alimentations stabilisées (allant à des valeurs ne dépassant pas 30Vcc).

L'environnement dans lequel ces opérateurs effectuent ces tâches ne présente pas de risques particuliers (armoires et coffrets autour étant IP2X).

Le risque de court-circuit, quant à lui, est faible. Il faudrait par exemple faire toucher par inadvertance les deux pointes de touche raccordées à l'alimentation stabilisée. Ce genre d'équipement est protégé par fusible et se met, pour la plupart, en défaut dès la moindre surintensité.
De plus, vu la puissance mise en jeu ... le court-circuit n'est pas dangereux.

C'est aussi valable pour l'utilisation d'un diélectrimètre ... essayez de faire un court-circuit en faisant toucher les deux électrodes de mesure ... vous risquez pas grand chose, si ce n'est générer une alarme ... ces équipements sont prévus pour.

En conclusion, être habilité BE Essais uniquement parce que l'on met les pieds dans un laboratoire ou un emplacement de même type, me semble extrême. Il convient de réaliser une analyse de risque au poste de travail avant de se prononcer.

Je pense que si la personne est correctement formée à utiliser ce type d'équipement, elle n'a pas besoin d'être habilitée. ;-)

Qu'en pensez-vous ?

GAS: Ces équipements sont soit classe I ou classe II, cela dépend.
Cordialement,
Nonolost
http://www.la-toile-electrique.com

GAS
Modérateur & Admin
Modérateur & Admin
Messages : 2096
Enregistré le : mar. 25 mars 2008 10:45
Localisation : Roussillon

Re: Habilitations pour personnel effectuant des mesures en T

Message par GAS » lun. 24 mars 2014 09:36

Bonjour,
nonolost a écrit :En conclusion, être habilité BE Essais uniquement parce que l'on met les pieds dans un laboratoire ou un emplacement de même type, me semble extrême. Il convient de réaliser une analyse de risque au poste de travail avant de se prononcer.
C'est également mon avis.
Cordialement
GAS

Avatar du membre
Henri II
Assidu
Assidu
Messages : 89
Enregistré le : dim. 3 mars 2013 11:53

Re: Habilitations pour personnel effectuant des mesures en T

Message par Henri II » lun. 7 avr. 2014 13:39

Hello Nonolost !

Je rebondis juste sur deux de tes dernières expressions :

- "Etre habilité BE Essais uniquement parce que l'on met les pieds dans un laboratoire ou un emplacement de même type, me semble extrême" :
>> Tu as raison, ta formulation est effectivement "extrême". et fausse Il est plus exact de dire d'une part que pour faire des essais à risques électriques on doit être habilité "BE essais" et d'autre part que pour mettre les pieds dans un laboratoire ou un emplacement de même type (à risques électriques) on doit être habilité en général (sauf dans certains cas, voir ci-dessous). Donc pour mettre les pieds dans un labo on ne doit pas forcément être habilité BE Essais... tout dépend de ce qu'on fait dans cet environnement et des risques auxquels on est exposé !

- "Je pense que si la personne est correctement formée à utiliser ce type d'équipement, elle n'a pas besoin d'être habilitée" :
>> Le référentiel NF C18-510 envisage effectivement qu'un salarié puisse ne pas être strictement habilité dans certains cas... mais il ne suffit pas simplement qu' "on" estime que l'habilitation n'est pas nécessaire... il faut remplir certaines conditions (voir la norme) !

Là on est d'accord. Bye.

Répondre

Retourner vers « L’habilitation électrique »