Couplage de 2 groupes electrogènes

Les groupes électrogènes, les onduleurs…
Candela
Modérateur & Admin
Modérateur & Admin
Messages : 4250
Enregistré le : jeu. 4 sept. 2008 09:09
Localisation : Dijon (21000)

Re: Couplage de 2 groupes electrogènes

Message par Candela » sam. 28 juin 2014 11:37

Bonjour,
Je pense qu'il faut se mettre en tête les besoins des 3 situations rencontrées:
-marche en solo = régulation de tension
-marche en parallèle idem, mais nécessité d'un statisme (la tension baisse légèrement lorsque le cos baisse. Le TI de marche en parallèle est destiné à égaliser la fourniture de réactif par les différents groupes en évitant que s'établisse un courant de circulation entre les alternateurs (ce qui voudrait dire qu'un groupe absorberait du réactif alors que l'autre/les autres en fournirai(en)t). Il s'agit ni plus ni moins que d'une fonction d'égalisation des tensions de chaque alternateur (machines couplées, on ne peut pas mesurer la tension de chaque machine...).
-marche couplée au réseau chaque groupe gère individuellement son couplage au réseau (la fonction mise en parallèle n'est plus active). On ne règle plus une tension, mais un flux de réactif en fonction d'une valeur affichée du [z_cosphi] . Diverses situations peuvent se rencontrer.Il peut y avoir un couplage sans échange de réactif, un couplage consommateur (le réseau complète la fourniture groupe, avec un cos 1 ou 0, 927) ou un couplage producteur (le réseau absorbe le surplus -ou la totalité- de puissance avec un [z_cosphi] défini par contrat.

Le régulateur R726 agit sur le 438, 448,449 en modifiant tout simplement la consigne de tension.
Sur les régulateurs cités, je ne vois pas de Tc de statisme sur le neutre, ni de bus Can. Vous ne confondriez pas avec les mêmes fonctions utilisés sur les régulations de puissance active (donc régulation de moteurs)? Car les fonctions sont assez similaires (égalisation de puissance, contrôle du flux de puissance, transfert sous charge à l'exception du [z_cosphi] puisque cette fonction est secondaire à la charge moteur (le flux de puissance active est indépendant alors que l'on agit sur Q pour respecter le ratio Q/P).
Le Tc de mise en parallèle comme celui de contrôle du cos sont toujours représentés sur la phase 1. Il peut éventuellement s'agir du même TC, mais assurément pas de la même fonction. Si un can bus existe entre régulateurs, il peut effectivement dispenser d'un TC supplémentaire, mais la fonction mesure doit toujours être assurée. Peut-être s'agit-il d'une égalisation de tension sans statisme ?
En tout cas, chez LS, c'est obligatoirement:
-Marche en // assurée par le régulateur et TI de marche en //
-couplage réseau assuré par R 726 et TI de regulation de [z_cosphi]

Cordialement

Avatar du membre
Tipler
Passionné
Passionné
Messages : 146
Enregistré le : mer. 2 sept. 2009 06:35
Localisation : Morbihan

Re: Couplage de 2 groupes electrogènes

Message par Tipler » sam. 28 juin 2014 11:52

Bonjour,
Le régulateur R726 agit sur le 438, 448,449 en modifiant tout simplement la consigne de tension.
Sur les régulateurs cités, je ne vois pas de Tc de statisme sur le neutre, ni de bus Can. Vous ne confondriez pas avec les mêmes fonctions utilisés sur les régulations de puissance active (donc régulation de moteurs)? Car les fonctions sont assez similaires (égalisation de puissance, contrôle du flux de puissance, transfert sous charge à l'exception du [z_cosphi] puisque cette fonction est secondaire à la charge moteur (le flux de puissance active est indépendant alors que l'on agit sur Q pour respecter le ratio Q/P).
Oui, je me suis à priori mal exprimé... Quand je parlait de contrôleur, il s'agit en fit du module controle/commande/couplage type GENSYS CRE, INTELIGEN COMAP ou autre produit DEIF (comme ça j'ai cité les plus importantes). Les fonctions couplages de ces contrôleurs intègrent la synchronisation, la répartition de puissance (active et réactive), l'égalisation de tension (U=U), la protection retour de puissance, bref un produit tout en un, comparait aux platines ''analogiques'' qui existaient avant WOODWARD ou GAC ou chaque platine avait une fonction bien précise.
marche en parallèle idem, mais nécessité d'un statisme (la tension baisse légèrement lorsque le cos baisse. Le TI de marche en parallèle est destiné à égaliser la fourniture de réactif par les différents groupes en évitant que s'établisse un courant de circulation entre les alternateurs (ce qui voudrait dire qu'un groupe absorberait du réactif alors que l'autre/les autres en fournirai(en)t). Il s'agit ni plus ni moins que d'une fonction d'égalisation des tensions de chaque alternateur (machines couplées, on ne peut pas mesurer la tension de chaque machine...).
A partir de cela, je comprend mieux avec ce que j'ai cité plus haut, pourquoi ce TC de marche en parallèle n'est PLUS nécessaire... Qu'en pensez vous?
Le Tc de mise en parallèle comme celui de contrôle du cos sont toujours représentés sur la phase 1
Je peux vous assurer que cela n'est pas le cas chez LEROY SOMER, par contre chez STAMFORD c'est effectivement le cas. Chez LS, sur phase 1 quand le neutre n'est pas distribué. J'essai de trouver un schéma LS afin de valider mes dires...
En tout cas, chez LS, c'est obligatoirement:
-Marche en // assurée par le régulateur et TI de marche en //
-couplage réseau assuré par R 726 et TI de regulation de [z_cosphi]
Quel est techniquement la différence entre ces 2 types de TI? La doc LS est un peu light, j'essaierai de les contacter pour avoir plus d'infos, mais c'est assez difficile chez eux.

En tout cas merci de votre intérêt, c'est très enrichissant. Cdt, Tipler.

Vous trouverez en PJ ici http://cjoint.com/?0FCmRDjwxRP un schéma d'un alternateur AVK avec TC Statisme classique.

Candela
Modérateur & Admin
Modérateur & Admin
Messages : 4250
Enregistré le : jeu. 4 sept. 2008 09:09
Localisation : Dijon (21000)

Re: Couplage de 2 groupes electrogènes

Message par Candela » lun. 30 juin 2014 10:13

Bonjour,
Tipler a écrit :
Oui, je me suis à priori mal exprimé... Quand je parlait de contrôleur, il s'agit en fit du module controle/commande/couplage type GENSYS CRE, INTELIGEN COMAP ou autre produit DEIF (comme ça j'ai cité les plus importantes). Les fonctions couplages de ces contrôleurs intègrent la synchronisation, la répartition de puissance (active et réactive), l'égalisation de tension (U=U), la protection retour de puissance, bref un produit tout en un, comparait aux platines ''analogiques'' qui existaient avant WOODWARD ou GAC ou chaque platine avait une fonction bien précise.
Ces appareils sont un peu trop "modernes" pour moi, entendez par là que je ne les ai pas pratiqués.
Il y a une grande analogie entre la boucle de régulation de puissance active et réactive. Simplement la première agit sur l'injection et la seconde sur l'excitation.
Ces centrales reposent effectivement sur une communication par bus avec un organe appelé répartiteur de puissance, qui gère les deux fonctions. Ces appareils sont adaptables à de multiples configurations, y compris pendant le fonctionnement.
Alors dans ce cas il n'y a peut-être pas de TC spécifique pour la marche en parallèle, mais chaque groupe doit bien être muni d'un capteur unique permettant de mesurer sa puissance active et réactive (voir par ex schéma Barber Colman).
Tipler a écrit :Je peux vous assurer que cela n'est pas le cas chez LEROY SOMER, par contre chez STAMFORD c'est effectivement le cas. Chez LS, sur phase 1 quand le neutre n'est pas distribué. J'essai de trouver un schéma LS afin de valider mes dires...
notice R 449
Sur ces schémas le TC se trouve bien sur la phase 1(à l'exception du schéma "shunt+ Booster" où il est sur la 2);Il s'agit seulement d'être en cohérence avec la mesure de tension . On ne peut d'ailleurs pas faire de mesure de puissance correcte sur le neutre; on peut simplement extraire la composante homopolaire, l'harmonique 3, mais en aucun cas une valeur représentative de la charge du groupe. Et sur le schéma AVK le Tc se trouve effectivement sur la phase 3 (W) côté point neutre mais il mesure bien le courant de cette phase. Ce positionnement est sans doute préféré du fait que le TC n'est plus soumis à la tension simple en service normal.

Schémas LS
Techniquement les TC sont identiques à un détail près: le TI de marche en // doit être 10 VA alors que celui de détection [z_cosphi] ne demande que 3 VA. Sur certains le même Tc est utilisé (¨ex AREP 3F BT), sur d'autres le TC "3F" est déplacé et ne peut être commun si un TC // est nécessaire. Ceci est du au fait que le TC "3F" voit sa position varier selon ce que l'on désire réguler: cos de l'installation vu du réseau (consommation), cos de la fourniture au réseau (production)...
Comme il n'y a pas d'utilisation simultanée, le TI de marche // est suffisant pour les deux fonctions lorsque ce branchement est possible.
Le groupe électrogène est vraiment une spécialité à part entière: il faut être un peu motoriste, électricien, electronicien, automaticien, mécanicien (Bien agiter avant mise en pratique :-D ), je pense que vous le vivez au quotidien...

Cordialement

Avatar du membre
Tipler
Passionné
Passionné
Messages : 146
Enregistré le : mer. 2 sept. 2009 06:35
Localisation : Morbihan

Re: Couplage de 2 groupes electrogènes

Message par Tipler » mar. 1 juil. 2014 21:21

Bonsoir,

merci Candela de ces réponses... Je reviens bientôt avec d'autres questions peut être, pour le moment ces réponses sont très satisfaisantes. ;-)
Très sincèrement, Tipler.

Répondre

Retourner vers « Les alimentations secourues »